« Il y a beaucoup de choses place Saint-Sulpice, par exemple : une mairie, un hôtel des finances, un commissariat de police, trois cafés dont un fait tabac, un cinéma, une église à laquelle ont travaillé Le Vau, Gittard, Oppenord, Servandoni et Chalgrin et qui est dédiée à un aumônier de Clotaire II qui fut évêque de Bourges de 624 à 644 et que l’on fête le 17 janvier, un éditeur, une entreprise de pompes funèbres, une agence de voyage, un arrêt d’autobus, un tailleur, un hôtel, une fontaine que décorent les statues des quatre grands orateurs chrétiens (Bossuet, Fénelon, Fléchier et Massillon), un kiosque à journaux, un marchand d’objets de piété, un parking, un institut de beauté, et bien d’autres choses encore.
Un grand nombre, sinon la plupart, de ces choses ont été décrites, inventoriées, photographiées, racontées ou recensées. Mon propos dans les pages qui suivent a plutôt été de décrire le reste : ce que l’on ne note généralement pas, ce qui ne se remarque pas, ce qui n’a pas d’importance : ce qui se passe quand il ne se passe rien, sinon du temps, des gens, des voitures et des nuages. »
Georges Pérec, Tentative d’épuisement d’un lieu parisien (1975)

Il y a beaucoup de choses place d’Austerlitz. Elle a été écrite et décrite. Elle a été dessinée et redessinée. Elle a également été photographiée.
Peut-on épuiser un lieu ? Pérec a essayé. Ce ne fut qu’une tentative. Trois jours n’auront pas suffit. Combien faut-il alors y consacrer ? Des jours, des semaines, des mois. Des années n’y suffiraient probablement pas. Comment faut-il procéder ? Choisir un point de vue et décrire, tout décrire, tout retranscrire ? Epuiser les points de vue ? Epuiser les regards ? Epuiser les sujets ? Toute tentative ne sera de toute façon que vaine. Alors tentons, sinon d’épuiser, au moins d’observer. Il n’y aura aucune méthode, aucune logique, juste l’idée que toute chose est bonne à prendre…

Série de photographies, textes et enregistrements audio
Depuis janvier 2015 (en cours)
Livre photos/textes + exposition
Exposition d’une première version du projet en juin 2015 au Hall des Chars de Strasbourg (exposition Restitution de La Chambre)

Quelques images de l’exposition et de la première version du livre :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après une première phase de travail assez solitaire, je continue à décortiquer la place d’Austerlitz en demandant à des personnes de me prêter leur regard en me parlant du lieu. Quelques portraits réalisés dans ce cadre…